Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Puberté précoce : quand Dame Nature se hâte

Puberté précoce : quand Dame Nature se hâte

Retour
8 pubert%c3%a9

La puberté est la période où le corps de l’enfant se transforme en corps d’adulte, pour que celui-ci soit notamment capable d’avoir des enfants. Chez la fille, elle commence en moyenne entre 10 et 11 ans en Belgique, mais parfois Dame Nature l’enclenche bien plus tôt.

Quels sont les signes ?

Tout au long de la puberté, le corps change. Parmi les moments importants de cette période, les seins se développent et les règles arrivent. Lorsque ces phénomènes se déclenchent plus tôt que la moyenne belge, il peut s’agir d’une puberté précoce. Rassurez-vous, les cas de puberté précoce ne sont pas rares, et pour que votre enfant vive cette étape sans stress, des solutions existent.


Avec la puberté, la première partie du corps qui se transforme chez la petite fille sont les seins. Deux petites boules, appelées bourgeons mammaires, apparaissent au niveau du mamelon, et se transforment peu à peu en poitrine.

Si ce développement se produit avant l’âge de 8 ans, c’est un signe de puberté précoce, puisqu’en Belgique les seins se développent, en moyenne, aux alentours de 10-11 ans. Cet âge est en moyenne le même dans les pays du Nord de l’Europe (Suède, Norvège, Finlande, Pays-Bas, Allemagne, etc), mais diffère d’un pays à l’autre et d’un niveau socio-économique à l’autre1.

L’arrivée des règles, qui a normalement lieu au cours de la deuxième partie de la puberté, peut également être précipitée lors d’une puberté précoce. C’est le cas si elle survient avant l’âge de 10 ans. En Belgique, les règles surviennent, en moyenne, à l’âge de 13 ans. Quel que soit le pays, les règles surviennent entre 12 et 13 ans.


Quelles sont les causes ?

Le top départ de la puberté est signifié par l’endocrine située à la base du cerveau, lorsqu’elle donne le feu vert aux ovaires pour produire des œstrogènes. Une fois dans le sang, ces hormones féminines agissent sur le tissu mammaire et l’utérus pour permettre leur développement.

Pourquoi ce mécanisme se déclenche-t-il parfois plus tôt ? Difficile d’identifier les causes exactes de la puberté précoce, mais certains facteurs interviennent :

Certaines caractéristiques sont transmises des parents à leur enfant, grâce aux gènes. L’âge de la puberté est souvent concordant entre l’un des parents et son enfant.
Des études américaines et européennes2 démontrent qu’il existe un lien entre puberté précoce et surpoids. En effet, les cellules graisseuses sont capables de fabriquer de la leptine, une hormone qui favorise l’entrée en puberté.
Les perturbateurs endocriniens3, que l’on retrouve dans les cosmétiques, les produits de nettoyage, les plastiques, etc. sont suspectés de mimer les effets œstrogéniques. Cependant, les scientifiques doivent approfondir les études pour confirmer leur réel effet sur la puberté précoce.

Comment réagir ?

Que faire si votre enfant semble manifester les signes d’une puberté précoce ? Dans un premier temps, consultez votre médecin traitant pour confirmer le diagnostic. Un simple amas graisseux peut parfois ressembler à un bourgeon mammaire. Pour établir ce diagnostic, des examens existent, comme :

  • une reconstitution de la courbe de croissance afin de contrôler si l’enfant a grandi soudainement,
  • une 
    échographie du petit bassin pour contrôler si l’utérus s’est développé,
  • une IRM de l’hypophyse.

Ensuite, au cas par cas, selon la façon dont votre enfant et vous vivez la situation, un traitement existe afin de mettre la puberté en veille. Si cette option est choisie, une injection d’hormones est réalisée tous les trois mois pendant au moins un an. Dès que le traitement est stoppé, la nature reprend son cours.

D’un point de vue psychologique, la puberté n’est pas un moment facile à vivre, et encore moins lorsqu’elle se manifeste de façon précoce. Pour aider votre enfant à passer ce cap, créez un espace de parole entre vous et lui, avec le médecin et, pourquoi pas, avec un psychologue.


Source : [1] Catherine Pienkowski, Sophie Grandjean, « La puberté avant l’âge. Nouveaux aspects », Unité d’Endocrinologie et Gynécologie Médicale (Hôpital des Enfants de Toulouse) ;
[2] INSERM : http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/222/?sequence=11, p. 43-44. - [3] INSERM : http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/222/?sequence=11, p. 44
Date de publication : 21-02-2020


L'article vous a plu ? Consultez d'autres articles santé féminine sur Gyn&co et inscrivez-vous gratuitement à leur newsletter


Article réalisé par Gyn&Co
Voir plus d'articles

Contactez-nous